04-Résidences et services dédiés aux personnes agées
Notre philosophie "3H"
Hospitalité
Notre métier, c’est d’abord l’accueil, celui du résident déraciné de chez lui souvent bien conscient qu’il s’agit là de sa dernière demeure… c’est l’accueil de familles parfois usées, désemparées et culpabilisées de nous confier leurs parents.
Notre métier, c’est l’accueil chaque jour, de cet homme ou de cette femme au sein de la communauté que nous représentons, c’est l’accueil de ses petits ou grands maux, de ses douleurs de ses difficultés, de ses besoins aussi, la prise en compte de sa solitude, son conjoint n’est plus là, sa famille ses amis sont moins présents, ses souvenirs s’enfuient sa mémoire l’abandonne, ses forces aussi : alors face à ce glissement nous pratiquons l’hospitalité…
Notre métier c’est l’accueil jusqu’à la fin de la vie que nous accompagnons avec patience et tendresse.
L’hospitalité désigne originellement « l’action de recevoir chez soi l’étranger qui se présente… Une manière de vivre ensemble, régie par des règles, des rites et des lois… C’est au-delà du service, donner quelque chose de soi ». L’Hospitalité c’est « accueillir tout homme, chaque homme, tout l’Homme » (Olivier Devisse)

HumanitéL’Humanité désigne dans une de ses acceptions les plus nobles « une disposition à la compassion… Une capacité à prendre en compte l’autre de façon sensible, bienveillante et avec bonté ». L’Humanité nécessite une attention sans faille, une écoute exercée pour comprendre ce dont l’autre a besoin, ce qu’il désire et n’exprime pas forcément : il faut être capable de saisir son ressenti, sa perception de ce qu’il vit, de ce qu’on lui dit. C’est une capacité à entrer en contact, à développer l’empathie, pour « supporter sa souffrance à ses côtés » et tenter d’en amenuiser les effets comme c’est la capacité à nous réjouir d’un moment de bien être, un instant de joie.
On ne peut être au service d’autrui sans y mettre de l’Humanité.
HumilitéC’est une sorte de préalable aux deux autres, moins naturelle, plus profonde : Tout d'abord, l'Humilité semble cousine de la modestie, la retenue, la réserve, la pudeur, la décence et la discrétion. Ces vertus d'effacement et de mesure qui nous épargnent d'imposer aux autres notre présence, notre regard, notre conviction, notre jugement, et d'envahir leur espace.Est humble celui qui est vierge de tout orgueil et de toute vanité mais qui reste conscient de ses possibilités. Être humble, c’est être vrai et sortir ainsi de tout à priori sur soi-même : « La vertu d’Humilité ne demande rien d’autre que de se connaître en vérité » nous rappelle Saint Augustin. Qui est humble est par nature tolérant, et qui est humble et tolérant est par nature altruiste, car il est à ce moment-là tout amour pour l’autre : sous ses pieds gisent lamentablement les restes de l’Egoïsme et de l’Orgueil.